Château MYRAT



    Située sur la commune de Barsac, l'actuelle terre de Myrat était incorporée au domaine de Cantegril jusqu'au milieu du XIX° siècle.
Ces terres furent d'abord la propriété du Duc d'Epernon et par la suite celle du Seigneur de Cantegril, qui épousa une demoiselle Myrat.
    Dans les années 1850-1854, le domaine fut détaché de Cantegril, dont il b'est séparé que par une simple route.
    Bien qu'on l'ait souvent considéré comme étant le premier cru de sa région alors qu'il appartenait à Monsieur Henri Moller ( ou Holler), le Château de Myrat se vit attribuer le rang de deuxième cru en 1855.
     A la mort d'Henri Moller, sa veuve, qui possédait également le Château Broustet, vendit le vin sous le nom de Myrat-Broustet.
    En 1893, Monsieur Martineau acquiert le Château et le revend en 1898 à la famille Pontac.
En 1976, déçu par la mévente des Bordeaux Blancs de grande tradition, le Comte Maximilien de Pontac fait arracher la totalité des 22 hectares de vigne du Château.
    Le Comte de Pontac décède en avril 1988. Ses fils  apprennent alors que, selon les récentes réglementations, les droits de plantation seront définitivement perdus en août de la même année ...
Les deux frères, Jacques et Xavier de Pontac, décident alors de relever le défi. Les 140.000 piquets de bois précédant les pieds de vignes sont alors enfoncés. L'investissement est de taille : six millions de francs jusqu'à la première récolte, qui eut lieu en 1991.   
Le Château produit un second vin : le "Sec de Myrat" .
    Il n'y a donc pas eu de millésimes du Château Myrat entre 1976 et 1990.



























Je ne possède pas les étiquettes suivantes:


Il semble que lors de certaines mauvaises années le vin du Château Myrat était déclassé en Château Biturca.



















06/12/2009
0 Poster un commentaire

A découvrir aussi


Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 2 autres membres